Je découvre la photo nocturne.
Marcher dans un village qui dort. Les sens attisés par la profondeur des silences tout autour.
La lumière s’épaissit d’autant qu’elle est devenue rare par endroit.
Par les fenêtres des télévisions dégueulent jusque dans la rue leur pollution en lumières froides.
Je découvre la photo nocturne et j’aime voler les traces de cette soupe photonique.

Les premières captures.

[envira-gallery slug=”de-nuit”]