Construire la déconstruction du tout qui nous anime, qui nous véhicule.

Ce projet est réalisé en collaboration avec Mélanie Persico.

Mélanie nous parle de son approche du projet.

“Certainement que si je n’avais pas eu une fascination pour le corps, notre corps, mon corps, je n’aurais pas fait ce métier. Danseuse…
Je l’ai d’abord “utiliser” parce qu’il m’était impossible de m’exprimer autrement.
Je l’ai forcé, je l’ai violenté, à plusieurs niveaux, de différentes façons. Il m’a encombré, il m’a alourdi, il m’a gêné… J’ai toujours été connecté à lui, consciente et même ultra consciente de ses contours, trop à certains moments, au point parfois d’en avoir une perception totalement erronée. Au point parfois de vouloir exploser et le disperser.
Je l’ai alors abandonné, laissé tomber, oublié.
Pour le redécouvrir, d’un tout autre point de vue.

Le corps est le véhicule de nos vies. S’inscrit en lui et sur lui notre histoire, notre rapport à. J’aime à entrevoir et observer ce qu’il propose, naturellement, sans artifice, à l’état brut, sans tromperie.
A travers l’objectif, que je sois devant ou derrière, je veux porter un regard objectif, donc.
Une recherche menant à l’acceptation pour chérir et honorer Le Corps.
Zooms sur lui, États de corps, États du corps… dans tous ses états.”

[envira-gallery id=”638″]