Faust

Faust est une surprise qui est née d’elle même dans mes carnets. Je pense qu’il parvient à concentrer une sorte de mélancolie avec une certaine poésie.

Il se pourrait même qu’il soit le moyen le plus simple de limer mes chaines qui me relient encore à la fonte des regards en index de mon enfance.

Faust n’est rien. Rien d’autre qu’un instant, un geste. Il aurait pu n’être qu’une pensée, naître des mots et il aurait simplement disparu à la fin d’un souffle.

Seulement les traits se figent et c’est le temps de lire jusqu’au prolongement de son intention qu’il se retrouve Sisyphe d’œil en œil.

[envira-gallery id=”373″]